Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

COMPOSTELLE CAMINO FRANCES

27 Mai 2013 Publié dans #compostelle, #santiago, #pelerinage, #trek, #europa

guillez pierre michel a écrit : Bonjour Puis entre les abandons et les presses, je continue avec un français qui vient de prendre sa retraite de prof d'espagnol, très sympa et très ouvert. Nous avons descendu les pyrennes 30km un jour un peu long mais facile. Jaca pas très intéressante jolie petite ville tranquille la cathédrale est belle et surtout le musée des fresques anciennes et une collection de vierges a l'enfant. Puis des petites étapes avec lodges dans les villages. Dortoirs, repas communs, vraiment très sympa. Je me suis fait remarquer avec la mandoline, la danse sévillane et comme je parle espagnol. Donc je continue avec le prof. et le soir nous retrouvons 2 famille un couple avec 2 enfants, et 2 soeurs et un frère, tous espagnols. Et nous mangeons ensembles, chantons, etc. De petites étapes dans la campagne espagnole. Champs de cailloux, collines de graviers, (ils les sèment pour récolter ensuite les cailloux sans doute) quelques champs et la garrigue. Temps couvert et très doux. Petits villages a moitie abandonnes, en reconstruction grâce au tourisme. Tout en pierre très jolis. Ici un petit bourg avec 3 églises et un château. Très joli porche et les premières cigognes. a + Pierre guillez pierre michel a écrit : Bonjour me voici a puente reina: le matin orages en series les pires depuis 5 ans. Les espagnols nous ont abandonnes et ont fait du stop. Après hésitations, nous sommes partis avec un couple de quebequois. Le chemin n'etait que ruisseaux et lacs. J'ai teste mon nouveau poncho. Impeccable, pas de fuites et sec tout de suite. Le paysage pas vu grand chose de la pluie des éoliennes et des collines et des champs. Le soir autre ambiance. La plupart des gens dorment par terre dans le séjour dont nous. Les espagnols d'autres sont très fermes et se groupent ensemble en ignorant les étrangers, comme a alicante. Tous très fatigues par la pluie mais ils font la fête tard. Lendemain nuageux. Journée tranquille rien de remarquable. Toujours collines, couleurs d'automne, rouges oranges jaunes et verts. Le gîte a tiebas une école avec 20 matelas, la douche c'est la piscine et le repas c'est le resto. Petits villages sans intérêt. Finalement mon budget en Espagne sera de 20e comme en france. Souvent c'est le resto il n'y a pas de cuisine. Mais l'aperitif c'est un euro le grand verre, et le petit déjeuner 2e. Toujours tout moitie prix. Les espagnols toujours aussi distants. Seul un enfant m'ecoute jouer. Les autres entendent de loin et s'etonnent: puis une petite ballade aujourd'hui sous le soleil le long de l'autoroute et de la carrière de pierraille a béton. Une chose étonnante on a suivi des km une chose qui paraissait être une autoroute en construction. en fait ces t un canal d'irrigation, 12m de large, 4m de profondeur, qui vient des pyrennées et va très loin, 500 ou 1000km. Un fleuve artificiel. Arrivée sur l'eglise octogonale toute entourée d'un cloître sur colonnettes mais sans toit. Très joli surtout dans le soleil. Puis puente reina. Petite ville mignonne, 1 église avec 2 nefs anciennes et très simple, 1 autre avec des autels énormes en or style baroque impressionnant et pas très beau. Un pont en pierre construit par la reine pour les pèlerins, du 17me. Et rien d'autre. Toujours avec le prof d'espagnol et les 2 québécois. A bientôt pierre guillez pierre michel a écrit : Bonjour voila il y a 2 jours j'ai franchi les 1000km. Maintenant il m'en reste 500km. Je suis a burgos. La cathédrale est magnifique, toute en dentelle de pierre avec des sculptures partout. Et des peintures style flamand. Bon il y a aussi un monastère dans le même style. C'est la ville du cid. Le prof d'espagnol nous a raconte l'histoire. Le paysage a complètement change. Nous avons quitte les vignes et la garrigue. Progressivement nous sommes montes sur le plateau ibérique. L'altiplano local. En 2 grandes montées a travers des chênes verts, puis légère redescente parmi une plaine a l'infini avec du blé du blé du blé. Et des villages de loin en loin. On se croirait à 100m d'altitude, mais on est à 800m. Il parait que ça couvre tout l'espagne et jusqu'au Portugal. Les églises sont toujours pareilles avec des retables immenses baroques. En général lourd. Parfois magnifiques. La deco a change. Passage du tronc en vis au tronc en palmier. Et le christ porte une robe comme les palestiniens. A azofra on a vu une fête locale. La sortie des saints sur les épaules, avec des danseurs de jota devant. Et des raisins autour. C'est la fête des moissons. Tout a fait païens. Le soir bal j'ai danse la jota avec les locaux. Au passage un monastère magnifique avec un cloître tout décore de sculptures dans la dentelle de pierre. Les pointes étaient des têtes, des chevaux, des serpents. Après des petits villages et pas de grandes evenements ni de monuments particuliers. Une ambiance plutôt familiale dans les petits gîtes. Surtout des pèlerins français et allemands. Pas vraiment l'endroit pour parler espagnol. L'espagne tranquille et sans histoire, monotone. Les choses sont un peu confuses dans ma tête. Trop de souvenirs à se rappeler. a + Pierre guillez pierre michel a écrit : Bonjour donc peu de changement. La ligne droite, et plate sur 12 a 20 km. Parfois un evenement : on croise une route, ou on change de cote de la route. Et autour du blé du blé. 2 petites cotes pour admirer le lever du soleil sur le plateau. Les villages caches derrière des ondulations du terrain. Des palombières immenses. Car ici les paysans avait le droit de manger les pigeons, pas seulement les seigneurs. Et ceux la se nourissaient des graines de blé irramassables sur le champs. Et aussi des collinettes creusées de grottes pour abriter le vin et autres. Une très belle église dans un petit village. Et des villages en terre battue ou torchis, une rue, une église, une place. Je suis toujours cheminant avec jacques, le prof d'espagnol, et les 2 quebeqois, marc et jocelyne. Parfois je discute avec d'autres. Mais maintenant nous évitons les gros gîtes, alors la meute de pèlerins est ailleurs. Et puis nous allons a un rythme de vieux, 20km par jour (_expression qu'on m'as dite) alors tout le mon de nous dépasse quasi. Donc souvent des têtes nouvelles. Sahagun 3500 habitants. Ici tout se meurt. Les villages il n'y a plus que des vieux, le bar pour les pèlerins, les magasins pour eux aussi, et quelques propriétaires. Plus personne plus besoin de main d'œuvre agricole. Sans les pèlerins il n'y aurait plus rien comme en france. Bon nous profitons de la vie, restos, café au lait, gâteaux, blabla. C'est bien d'etre vieux. Et surtout pas presse, par quoi au fait? Un peu de mandoline toujours pris en photo filme, etc. je serai célèbre à la fin chemin, dans les chaumières. a + Pierre guillez pierre michel a écrit : Bonjour donc a leon l'ordinateur na pas fonctionne. Mais les aventures continuent. Leon à voir l'eglise tout en vitraux, peu de sculptures et surtout belle dehors et les jeux de lumières dedans. Mais milan est mieux dans le style. Après il y a un bâtiment de gaudi à ses débuts. Du simili gothique répétitif. Bof. Et puis un tas de ruelles et de places et de bars et la fête toute la nuit. Ce qui fait que j'ai très mal dormi. J'ai surtout farniente devant la cathédrale avec un brésilien et une espagnole a siroté des chocolats. Ensuite la platitude devenue habituelle jusqu'a astorga. La encore une cathédrale un peu lourde et surtout des arches entièrement sculptes de bestiaires moyenâgeux en bas relief. Les peintures ont toujours l'influence des flamands et de l'Italie, couleurs sombres et personnages tortures par la réflexion, perspectives et ciels bleus, et quelques sculptur3s de vierges et autres en bois anciennes magnifiques un peu primitif. Et toujours le style pompier avant l'heure. Et puis la montée de la barrière montagneuse qui marque la limite entre le Portugal et l espagne, entre l'altiplano argentin et le chili en miniature. Le col a 1600m changement de décor terre rouge, buissons chênes verts, villages en pierre grés sans doute, avec balcons en avancée sur la route. Un village entierement entoure de remparts en ruine, avec encore la place centrale avec les arcades. Un peu de vieille vigne. Un gîte sympa au col qui fermait le lendemain que suerte. Et le lendemain la pluie il pleut de mardi a vendredi, après demain. Zut juste pour la traversée des montagnes et donc des vues imprenables et very scenic. Plein d'odeurs de thym, lauriers, houx, romarins, et autres vive la pluie. Et des couleurs vives de genets, bruyères, automnes, brumes, et fantômes. Molinaseca un petit village ancien classe bien conserve 2 longues rues. Juste en bas de la montagne, au fait la montagne on monte et on redescend ce n'est pas l hymalaya. Puis ponferada ouf on na pas dormi la ville dans toute son horreur, juste un ancien château le long du rio. Et puis aujourd'hui au pied des collines qui barrent l'acces a la galice. Cacabelo, un autre village ancien 2 rues et la place centrale. Pleins de français et un peu allemands et d'anglais. Les espagnols ont disparus, 3 portoricains habilles des chapeaux locaux en canne a sucre, avec des capes de pluies bleues, vert rouge fluos et des bouilles de métis. Pas besoin de prendre des champignons las bas pour les hallus si ils sont tous comme ça. Toujours avec mes 3 compagnons. Un petit groupe maintenant va à notre rythme, des vieux bien sur, de 20 à 76 ans. Todo bien a + Pierre guillez pierre michel a écrit : Bonjour toujours en marche. Arrivée prévue le samedi 11. J'ais un peu trop fête les 1500km, poulpes frais et vin blanc, hier donc pas très bien aujourd'hui. Toujours le même paysage de collines boisées et avec quelques cultures. Mais on approche de la mer. Oliviers, citronniers, orangers, et bosquets d'eucalyptus. Très bon pour les bronches. C'est aussi un peu plus business ici. Dans les gîtes les cuisines sont cassées, pour que les pèlerins aillent aux restos. Des distributeurs de coca sur le chemin. Mais ça importe peu car les gîtes c'est donativo, alors j'equilibre mon budget. C'est surtout un chemin très agréable qui monte et qui descend, des hameaux, et des petits bourgs. Je suis très content d'avoir fait ce chemin. La je suis a arzua, a 35km du but. Je pense rester le dimanche a Santiago, et peut être aller ce jour la au bord de la mer en bus. Après je rentrerai a Paris peut être via le portugal. J'ai un problème avec mon appart de paris, à remettre en état. a+ Pierre

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article