Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

TURKEY de SAKARYA au BOSPHORE

25 Mars 2014 Publié dans #eurovelo6, #turquie, #europa, #asia

De Sakarya au Bosphore

La pluie a enfin cesse, apres 3 jours a tomber sans discontinuer. Nous sommes passes a la boutique du club de cyclistes pour dire au revoir, et nous avons quitte Sakarya. Nous sommes vite entres dans la campagne, champs cultives, quelques bosquets, des villages frequemment. En fait nous avons fait durant 10 km le tour de la ville, pour enfin entrer sur la route pour Karnajia. La route poursuit legerement vallonee a travers champs. Il fait frisquet, 7, gris, et nous avons un leger vent de face glacial. Bref ce nest pas tres agreable. Apres 2 h nous arretons pour dejeuner dans un petit restaurant. Puis viennent les premieres cotes, faciles mais longues. 2 ou 3 et nous arrivons a Kanarjia. La nous appelons un contact de Ezzie. Il nous offre un the, nous propose de dejeuner. Il ne parle qu allemand, la conversation est limitee. Nous demandons pour un hotel, il nous envoie a la prochaine ville, Kandira, a15 km. Nous partons donc tout de suite. A la sortie de Kanarjia nous rencontrons un turc qui parle francais et nous dit quil ya un hotel a Kanarjia. Il nous y conduit, mais cest cher, inutilement luxueux, et les velos ne seront pas en securite. Donc nous continuons. La route suit a travers champs, maintenant tres vallonee, et il fait toujours aussi froid. Autant dire que ce troncon est desagreable. Nous arrivons vers 17 h a Kandira, et nous appelons le 2me contact de Zikkie. Mais nous nous sommes trompes, ce contact est aussi a Kanarjia. Donc le logement dans la maison des profs cest rate, et nous allons a l hotel Calorifer. Cest assez complique dexpliquer que nous voulons louer une chambre, la voir et savoir le prix, aux 2 filles du patron qui ne parlent que turc. Mais finalement les velos serony en securite, et nous au chaud. Reste a monter le barda et les velos par un escalier raide et etroit. Puis nous dinons au resto en bas et je me couche, epuise.

Le lendemain l objectif est Agwa, 37 km. Nous rejoignons la cote par la petite route qui va a Eskeret, tres vallonee, qui va a travers champs, et bosquets, avec des villages dans les collines. Il fait toujours aussi froid. Nous atteignons la route de la cote. En fait elle ne longe pas la cote. Elle la rejoint, a une baie, puis remonte dans la foret et les collines par une cote a 10%, 150 m de denivelle, a pousser le velo, puis la descente vertigineuse jusqua une baie, parfois un village. La foret est de chenes, quelques pins, lauriers et genets en fleurs, blanches. Malheureusement cest l hiver et les chenes nont pas leurs feuilles, donc cest un peu triste. Bref beaucoup defforts pour pas grand chose, quelques vues sur la mer et quelques plages. Nous arrivons a Agwa, ou nous dejeunons au resto et nous allons a lhotel. Je suis toujours fatigue, donc je reste a lhotel a dormir pendant que Martine va faire quelques courses. Agwa est une petite ville touristique, avec une jolie plage encadree de falaises, et un port de peche dans la baie suivante. La rue pribcipale a tous les commerces, et cest juste la bonne taille pour etre simpa pour les vacances.

Nouvelle etape Sile, 36 km le long de la cote. Bon ceux sont les memes cotes trop raides qui se repetent, la meme foret, les memes petits villages, et les memes occasionnelles baies ou vues sur la mer. Mais aujourdhui il fait beau, plein soleil, quoique toujours froid. Nous sommes content darriver a Sile. En chemin nous croisons une caravane de voitures de politiques et leurs supporters qui vont faire quelques discours ici et la. Ils sarretent au village, les politiques posent pour la foto, 2 mn darret, et repartent. Puis le duscours, le fatras de mensonges, et la musique qui hurle a travers denceintes de mauvaise qualite. Les camionettes sillonent les rues de la ville en diffusant a plein volume la meme musique et les memes racontars. De quoi vous degouter de voter, tout ce cinema, toute cette pollution sonore, tout ce gachis dessence. Sile est une grande ville. Nous la traversons sans voir dhotel et sans voir de centre, juste une rue large avec des magasins. Nous arrivons a la mer et au port. Des conducteurs de bus nous disent de continuer un peu pour les hotels. Effectivement nous longeons la plage et nous voyons des hotels de luxe. Nous continuons vers la 2me plage. Nous mangeons au resto, puis nous cherchons un hotel, mais le seul petit budget est ferme. Finalement nius allons a un de luxe et noufs obtenons une chambre a un prix correct, 70 lira, apres quelque marchandage. Nous sommes les seuls clients. Je suis un peu moins fatigue.

Le jour suivant nous abandonnons la petite route le long de la cote et ses efforts titannesques pour pas grand chose. Nous prenons lautoroute pour Omerli. Ca monte mais raisonnablement, 2 cols a 250 m. Elle va a travers la foret de chenes sans feuilles et quelques bisquets de pins. En hiver cest un peu triste. Avant Omerli on voit au loin le grand lac de barrage, mais pas moyen dy aller, et puis il y aurait ces cotes infernales. Nous arrivons a Omerli, sur la collibe. Jy monte pour retirer de largent, Martine reste en bas a se reposer. Puis nous continuons par la vallee qui longe le canal devacuation du lac de barrage, durant 10 km. La route va a travers champs, entre les collines couvertes de forets. Elle est bordee daires de picnic amenagees et privees, genre camping. Juste apres le pont, nous nous arretons a une aire de picnic qui fait aussi hotel. Bon il ny a nu drap ni couverture, mais cest chauffe et pas cher.

Le matin nous sortons les bagages pour les mettre sur les velos. Le receptionniste nous tend un papier en anglais sur le quel est ecrit : a 3h la catastrophe a commencee. Nous lui rendons son papier et il tente dexpliquer en turc. Nous faigsons signe que nous ne comprenons pas et nous posons tranquillement les bagages sur les velos. Le receptionniste sort des billets de sa poche, il semble demander de largent. Nous continuons a poser les bagages sur les velos, indifferents. Quand nous partons il saccroche aux velos. Nous aboyons, comprenez nous crions Ooh Ooh, il nous lache lun apres lautre, menace de la police, et nous laisse partir. Nous comprenons que lhotel pour conferences est devenu un hotel de sexe, ou on loue la chambre pour 12h. Mais rien ne lindiquait, personne ne nous la dit, et clairement on ne venait pas la pour le sexe mais pour dormir. Donc le receptionniste a en fait essaye de nous arnaquer.

Toutefois nous restons ensemble tout le trajet, court aujourdhui, au cas ou il essayerait de nous rejoindre en voiture, ou dappeler la police. Mais il ne fait rien, comme prevu.

La matinee est miserable, sous une forte pluie, froide, et brumeuse. Il y a beaucoup de cotes. Apres 8 km nous arrivons a un village qui savere netre que des hotels et aires de picnic payantes, et un petit jardin ou nous nous abritons un moment. Puis mous arrivons dans les faubourgs de sartok, mais nous contornons par une route en balcon avec vue sur le bosphore. Cest sans doute magnifique par beau temps, mais pas aujourdhui. Nous comprenons qute nous sommes dans la banlieue d Istanbul. Nous rejoignons le bosphore a Imunuscu, et nous prenons un petit ferry pour la cote Europeenne. Puis nous roulins un peu le long du Bosphore jusqua Itignies, une petite anse qui sert de port de plaisance, avec quelques belles maisons de bois le long du quai, et un hotel a 60$. Pas dautre choix. Nous sommes frigorifies et fatigues nous passons lapres midi dans la chambre, ainsi que la soiree, bien que la pluie cesse et que le soleil se montre un peu.

TURKEY de SAKARYA au BOSPHORE
TURKEY de SAKARYA au BOSPHORE
TURKEY de SAKARYA au BOSPHORE
TURKEY de SAKARYA au BOSPHORE
TURKEY de SAKARYA au BOSPHORE
TURKEY de SAKARYA au BOSPHORE
TURKEY de SAKARYA au BOSPHORE
TURKEY de SAKARYA au BOSPHORE
TURKEY de SAKARYA au BOSPHORE
TURKEY de SAKARYA au BOSPHORE
TURKEY de SAKARYA au BOSPHORE
TURKEY de SAKARYA au BOSPHORE
TURKEY de SAKARYA au BOSPHORE
TURKEY de SAKARYA au BOSPHORE
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article